Le marché de la plasturgie au Maroc

Actualités on 12 Apr , 2017

Un secteur en fort développement


 

Le secteur se compose officiellement de 650 entreprises, réalise un chiffre d’affaires de plus de 13,5 MMDH (28 MMDH attendus en 2023) et génère plus 52.000 emplois directs et plus de 300.000 indirects (75.000 directs et 400.000 indirects en 2023). Récemment, il a été secoué par la loi 77-15 interdisant la fabrication et l’utilisation de certains types de sacs en plastique. «On ne peut pas nier que la loi 77-15 a eu pour conséquence la cessation d’activité pour plusieurs unités industrielles d’un seul coup sans préparation, et les programmes d’accompagnement ont enregistré un certain retard. Ce qui a provoqué une panique dans le sous-secteur de production des sacs et sachets en plastique», aussi le secteur connaît un fort développement et a enregistré une croissance de 50 % ces cinq dernières années. Il est désormais le deuxième secteur le plus important dans la transformation des industries chimiques du pays. 

 

  • Une croissance de 7,1% en 2016  a été enregistrée en dépit des fluctuations des prix des matières premières.
  •  Les entreprises marocaines du secteur de la plasturgie importent la quasi-totalité des matières premières utilisées dans l’industrie de la transformation. Le Maroc n’importe en revanche que très peu de PVC dont les besoins sont couverts à hauteur de 90 % par la Société nationale d’électrolyse et de pétrochimie (SNEP), qui fournit le secteur en PVC rigide.
  •  La production marocaine concerne essentiellement la fabrication de produits de grande consommation.  Le marché est réparti en cinq secteurs principaux : la construction, l’agriculture, l’emballage, les pièces techniques et les articles divers en plastique. Les principaux marchés clients sont l’agroalimentaire (30 %), le BTP (15 %) et l’agriculture (12 %). 
  • Les entreprises sont réparties entre la transformation (71%), la distribution (27%) et la fabrication de moules (2%).

Selon de la VDMA – l’Association d’Engineering Allemande, les importations marocaines de la technologie de plastiques’élèvent à 52,8 millions de dollars US  et 65,3 millions de dollars US

Les importations marocaines de la technologie de l’emballage
Le Maroc représentait un marché avec un volume d’importation de 96,0 millions de dollars US portant sur le seul secteur de la technologie de l’emballage après 93,2 millions de dollars US . Donc, le Maroc est le cinquième plus grand importateur de technologie de l’emballage en Afrique, après l’Algérie, l’Afrique du Sud, l’Egypte et le Nigeria.

Outre le marché de la technologie, il existe un marché en croissance constante pour le matériel d’emballage, les solutions d’emballage utilisant métal, verre, papier et carton, plastique,…

cats

 

Selon une étude réalisée en fin d’année 2014 par l’organisme Maroc Export, en charge du développement du commerce extérieur marocain, la plasturgie se place comme le deuxième secteur le plus important dans la transformation des industries chimiques du pays.

  • Il représente près de 45.000 emplois directs, et 300.000 emplois indirects.
  • La production s’élève à 550 kilotonnes (kt), pour  un marché évalué à 12,5 milliards de dirhams (1,15 Mrd €).
  • Les importations marocaines de technologies concernant la transformation des plastiques ont été évaluées, en 2013, à 52,8 M$ (45,4 M€).
  • Le nombre de sociétés de la filière s’élève à 650, qui se répartissant entre des transformateurs (71 %), des distributeurs (27 %) et des moulistes (2 %).

Maroc Export répartit le marché en cinq secteurs principaux pour ce pays du Maghreb : la construction, l’agriculture, l’emballage, les pièces techniques et les articles divers en plastiques.

Source : Plastiques & Caoutchoucs Magazine


Les acteurs

Il n’existe pas de recensement officiel des sociétés de transformation de plastiques au Maroc. Le secteur est dominé par une vingtaine de sociétés qui comptent plus de 100 employés. Il s’agit donc d’un marché relativement concentré, mais qui n’en reste pas moins très concurrentiel. La présence de 300 exposants lors de l’édition 2017 du salon PlastExpo, salon international du plastique, souligne le dynamisme du secteur. Par ailleurs, il est à noter que le secteur de l’informel tient encore une place importante. Il générerait environ 2 Mds de dirhams, soit entre 20 % et 30 % du chiffre d’affaires de l’ensemble du secteur.

 

Un fort potentiel de développement

• Renforcer la qualité et la technicité de la plasturgie pour adapter l’offre aux nouveaux besoins de l’économie (agriculture, BTP, énergies renouvelables, etc.) ;

• Positionner la plasturgie pour développer la sous-traitance automobile de rangs 2 et 3 ;

• Créer une filière spécialisée dans le recyclage des plastiques ;

• Favoriser le développement d’un tissu industriel d’accompagnement de la filière (maintenance industrielle de moules, instruments, formations techniques, machines, etc.).

Les moyens mis en œuvre à travers ce contrat-programme devraient permettre au secteur d’atteindre un chiffre d’affaires de 28 Mds de dirhams en 2020, soit une augmentation de 200 % sur les six prochaines années.